entete experts <strong>Parole</strong> aux experts Dune du Pilat

Parole aux experts

Ils sont en quelque sorte, les “gardiens et les gardiennes de la Dune”. Ingénieur, botaniste, paysagiste… et de nombreux experts trouvent ici, un inépuisable terrain d’études et d’exploration. Autant de connaissances à transmettre pour que chacun prenne conscience des enjeux liés à la préservation et à la gestion de ce monument naturel en mouvement. 

Portraits

Nathalie Madrid, Déléguée de Rivage Aquitaine, au sein du Conservatoire du littoral

En 2017, Nathalie Madrid a rejoint le Conservatoire du littoral en prenant la responsabilité de la délégation Aquitaine engagée depuis 1998 dans une politique d’acquisition foncière afin de garantir le maintien de l’espace public tout en protégeant de manière définitive le Grand Site de la Dune du Pilat.

Que représente pour vous le Grand Site de la Dune du Pilat avec ses composantes paysagères ?

« Un des plus grands sites naturels de France »

Nathalie Madrid e1624272254456 <strong>Parole</strong> aux experts Dune du Pilat

C’est l’un des plus grands sites de la région Nouvelle Aquitaine, voir l’un des plus grands sites naturels de France, de part ses dimensions qui sont, pour les plus connues physiques mais aussi et surtout géologiques, historiques et culturelles. Au-delà de son aspect monumental, il faut s’intéresser au “monument ” géologique qui mérite, à ce titre, d’être respecté. C’est un processus de formation totalement atypique sur le littoral aquitain, une dune en mouvement permanent, unique en Europe. On trouve habituellement ce type de dune en bordure de zones désertiques

Pouvez-vous présenter l’impact de votre travail sur le Grand Site de la Dune du Pilat ?

« Un rôle d’acquisition et de mise en gestion »

L’action principale du Conservatoire du littoral sur le Grand Site de la Dune du Pilat est, comme partout ailleurs sur le littoral français, d’acquérir l’emprise foncière afin de garantir aux générations actuelles et futures l’accès à ces espaces naturels et d’en limiter l’artificialisation. Depuis plusieurs années, un périmètre d’intervention a été arrêté ce qui nous engage à faire l’acquisition de toutes les parcelles naturelles en son sein, qu’elles soient en milieu dunaire ou boisé.

La seconde mission du Conservatoire est d’assurer la mise en place d’une gestion publique pérenne de ses terrains car l’objectif n’est pas de les soustraire au public bien au contraire ! En tant qu’opérateur foncier, l’établissement pour lequel je travaille confie donc la gestion de ses propriétés à un acteur public local et l’accompagne dans la définition d’une stratégie à mettre en œuvre. Déclinée en plan de gestion, cela devient la « feuille de route » commune. Le Syndicat Mixte de la Grande Dune du Pilat a été désigné en 2012, gestionnaire pour toutes les parcelles acquises progressivement par le Conservatoire sur le site de la Dune du Pilat. Aujourd’hui cela représente plus de 260 hectares. Tous les ans, nous nous réunissons avec l’ensemble des partenaires locaux pour procéder à une évaluation de l’impact des éléments du dispositif de gestion et les adapter si besoin.

Au-delà de restaurer les parcelles acquises et lutter contre une banalisation des lieux, la gestion comprend également la régulation des usages qui sont divers. Sur la Dune, ils sont essentiellement sportifs et ludiques (pratique du vol libre, embarquement pour traversées maritimes, chasse, randonnée…). Il s’agit là aussi d’organiser, gérer, encadrer les flux générés par ces activités afin qu’elles puissent, tout au moins pour celles compatibles avec la sensibilité du site, perdurer. Leur encadrement réglementé permet de répondre à l’objectif premier du Conservatoire à savoir préserver des espaces naturels et leur biodiversité. Sur la Dune, ce sont des actions encore à entreprendre avec notre gestionnaire. Elles seront facilitées par de nouvelles acquisitions.

Les suivis scientifiques effectués par le Syndicat sont de véritables outils de gestion et fournissent de précieuses informations sur la faune et la flore implantées sur les terrains du Conservatoire. N’oublions pas que la reconquête de la biodiversité est au cœur de notre mission.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux visiteurs ?

« S’émerveiller mais respecter »

Il faut que les visiteurs viennent ici avec du respect pour ce lieu qui est unique. Qu’ils le considèrent comme un espace naturel aux composantes paysagères incroyables et pas comme une attraction touristique.
“C’est une dune de sable blond, dans un écrin vert et bleu, une pépite entre mer et forêt, un joyau du littoral français ».

Quel est votre regard sur les 12 années de gestion publique ?

« Une gestion équilibrée »

Le Syndicat Mixte mène, avec le Conservatoire du littoral, et les partenaires qui ont conscience de la fragilité de ce site et de la nécessité de mettre en place une politique pérenne, de vraies actions pondérées pour atteindre le fragile équilibre entre préservation d’espaces naturels et accueil du public. Aujourd’hui, tous les fondamentaux (maitrise foncière, cadres réglementaires, partenariats, actions de sensibilisation, amélioration des équipements d’accueil…) sont en place pour poursuivre durablement les actions en faveur de la valorisation du Grand Site. Notre gestionnaire s’est fortement impliqué et a fait preuve de constance dans l’action.

Beaucoup pensent que le piétinement accélère l’avancée de la dune et la dégrade mais face aux éléments naturels et notamment l’action du vent, il n’en est rien. Le public peut être en nombre car les outils de gestion sont en place et efficaces. L’enjeu aujourd’hui est la préservation de la composante « verte » du Grand Site. C’est le massif forestier qui souffre du stationnement sauvage et les circulations piétonnes anarchiques engendrant un risque d’incendie.

Même si cela ne relève pas de ses compétences ni de ses obligations, le Syndicat mixte s’est emparé de ce sujet. Il fallait le faire et cela a été fait. Aujourd’hui, la gestion des pics de fréquentation durant l’été est traitée à l’échelle du territoire, dans une démarche globale impliquant tous les acteurs publics. Il faut diversifier les modes de locomotion et accueillir de manière plus qualitative les visiteurs venant à vélo, en transports en commun ou utilisant des navettes depuis un parking relais.

Le syndicat mixte a joué un rôle de meneur sur ce dossier mais sur bien d’autres durant cette décennie et aujourd’hui le gestionnaire du Grand Site est davantage pris en considération. C’est la confirmation qu’il faut continuer les actions engagées qui parfois, souvent, s’inscrivent dans le temps, sur plusieurs années.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez ajouter que vous n’auriez pas exprimer en répondant aux 4 questions précédentes ?

« Un tournant décisif »

Nous sommes à la veille d’importants changements avec les dernières acquisitions foncières, la requalification de l’espace d’accueil …Il s’agit d’être à la hauteur pour prendre un tournant tous ensemble. Tous les acteurs publics et partenaires, doivent se concerter, œuvrer dans le même sens pour définir les objectifs de demain pour assurer l’avenir de ce site qui ne laisse personne indifférent.

Aurélien Caillon, Botaniste au sein du Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique.

Depuis son arrivée en Gironde en 2011, Aurélien Caillon est le référent botaniste pour l’inventaire de la flore de Gironde ainsi que sur les plantes exotiques envahissantes en Nouvelle-Aquitaine.

Que représente pour vous le Grand Site de la Dune du Pilat avec ses composantes paysagères ?

Quand j’ai découvert la Dune du Pilat pour la première fois, je ne m’attendais absolument pas à trouver une telle formation géologique. Sur sa crête, j’ai ressenti un sentiment d’immensité.

C’est une impression de grande surprise, on ne s’attend pas à ce que cela soit si grand et si vaste.

Aurelien Caillon <strong>Parole</strong> aux experts Dune du Pilat

Après avoir travaillé sur le sujet depuis quelques années, je le perçois aujourd’hui comme un livre, racontant une multitude d’histoires. Il s’agit d’un véritable patrimoine naturel avec ses composantes animales, végétales, fongiques, lichéniques et géologiques. 

Au premier abord, le milieu paraît hostile, désertique, inhabité. Bien au contraire, des populations vivaient ici-même (le paysage était tout autre), avant le Moyen-Age ! Le paysage y était bien sûr très différent. Il est passionnant d’imaginer que lorsque les visiteurs arrivent en crête de dune, ils sont au sommet d’un mille-feuilles, composé de plusieurs couches géologiques qui témoignent d’anciennes dunes, de forêts, et de lacs…

Ma vision de botaniste englobe l’ensemble du massif dunaire atlantique. Ce dernier offre un lieu de transition et de refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales dont plusieurs sont endémiques du littoral sud-atlantique.

Pouvez-vous présenter l’impact de votre travail sur le Grand Site de la Dune du Pilat ?

Le rôle du Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique (CBNSA) vise à acquérir des connaissances relatives à l’état et l’évolution de la flore sauvage et des habitats naturels selon des méthodes scientifiques. Cela passe par l’identification et la caractérisation des espèces végétales rares, menacées, mais aussi de celles plus communes et de celles exotiques parfois envahissantes.

Inventaires floristiques, recherche d’espèces rares et exploitation des ressources bibliographiques sont autant de méthodes déployées pour mieux connaître, comprendre et préserver notre patrimoine végétal. L’objectif ultime étant d’assurer la conservation de ce patrimoine végétal.

Mon travail de prospection sur la dune du Pilat a démarré en 2011. Ces travaux d’inventaire et d’échantillonnage ont consisté à dresser un état des lieux de la diversité végétale présente sur la Dune.

A l’issue de ces travaux, un véritable partenariat est né entre le Conservatoire Botanique et le gestionnaire du Grand Site. Mon rôle depuis plusieurs années consiste ainsi à accompagner les équipes de la Dune à la mise en place de suivis de la flore et de ses habitats. Ces inventaires réguliers ont permis de bien identifier la flore sauvage de la Dune : les espèces emblématiques comme l’Oyat et l’Immortelle des dunes, les espèces atypiques comme le roseau commun, le rubanier ou le Saule roux (propres aux zones humides), les espèces rares et protégées comme la fameuse Linaire à feuilles de thym, le Silène de Porto et l’Épervière des dunes ou celles considérées comme exotiques envahissantes : le Muguet des pampas ou l’Ailanthe…

Notre objectif : suivre l’évolution de la flore et des habitats sur une dune en mouvance constante ! Mais aussi mettre en place un plan de gestion adapté en fonction des enjeux identifiés. Sur quels secteurs et quelles espèces doit-on intervenir ? A quels endroits positionner des îlots de protection pour éviter tout piétinement ? Quelles espèces envahissantes faut-il gérer…?

Sur le Grand Site de la Dune du Pilat, le Conservatoire Botanique a préconisé de suivre et quantifier le nombre d’individus des espèces identifiées, puis de cartographier les habitats sur la dune.

“Par son rôle d’accompagnement, le Conservatoire Botanique permet au Syndicat mixte de mettre en place des moyens de préservation adaptés pour certaines espèces ou certains sites. Par exemple, le site des Gaillouneys est très riche en espèces patrimoniales, remarquables dont plusieurs sont protégées. Il est indispensable d’identifier les zones sensibles (reservoirs de biodiversité, etc.) où il faut canaliser davantage les visiteurs pour éviter trop de divagations”.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux visiteurs ?

Profitez du paysage et soyez attentifs à tout ce qui vous entoure. Écoutez vos sens. Observez. Imprégnez-vous.

Je les invite à avoir la curiosité de se déplacer, d’aller voir de plus près ce paysage de grande nature qui paraît être au ralenti, alors qu’il fourmille de vie, à certaines heures de la journée. Il faut y passer du temps, profitez de ce temps et de cet espace hors du temps que rien ne fige. La nature nous offre un spectacle inouï dont chacun est le garant. La nature s’impose à nous, et c’est intense.
Ensuite, j’appelle chacun à se faire accompagner par un médiateur culturel lors d’une visite. Je suis convaincu que la grande majorité des visiteurs qui ont participé à ces activités ont découvert une myriade d’informations inédites et passionnantes ! Par exemple connaissez-vous la stratégie du Panicaut des dunes pour disperser ses graines ? Connaissez-vous l’insecte endémique inféodé à la Linaire à feuilles de thym ? Comment font les plantes pour résister à la sécheresse, au mitraillage par le sable, à la mouvance constante de la dune ?

Quel est votre regard sur les 12 années de gestion publique ?

“Un objectif de préservation”

La création d’une structure de gestion publique, le Syndicat Mixte, a permis de porter à connaissance les grands enjeux liés à cet espace naturel d’exception, via le web, les réseaux sociaux,  les messages transmis lors des visites commentées proposées au public.
Tout est mis en œuvre pour canaliser et sensibiliser les visiteurs. Des contrôles réguliers sont effectués pour réduire les activités pouvant nuire à la flore ou à la faune, comme des feux de camp dans les bois.
Sans la création du Syndicat Mixte, , il n’y aurait pas eu de gestion réelle des flux, avec des stationnements “sauvages” engendrant des dégradations sur les milieux naturels. Le rôle du gestionnaire est d’informer les visiteurs, de les accompagner et les sensibiliser. La dune du Pilat fait partie des sites touristiques français emblématiques et attire chaque année plus d’1 million de visiteurs. Il est important de maintenir le bon état de conservation de la dune en parallèle d’une fréquentation toujours croissante. Le Syndicat a mixte permet aussi de porter ce message sur les enjeux et de canaliser les flux de visiteurs.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez ajouter que vous n’auriez pas exprimer en répondant aux 4 questions précédentes ?

“Une source de connaissances”

J’invite chacun à ne pas voir la dune du Pilat comme un désert. Il est essentiel de porter à connaissance toute cette diversité et toutes les interactions qu’ont les espèces entre elles. “Replacez-vous dans cet écosystème en tant qu’être humain et animal. Il faut apprendre à regarder pour respecter ce qui nous entoure”.
La connaissance est un socle primordial, permettant la mise en œuvre d’actions de protection, de conservation et d’accueil du public. La communication sur ces différents aspects, qui peuvent paraître parfois pointus, scientifiques et un peu trop techniques, est pourtant fondamentale.

Bertrand Folléa, Paysagiste urbaniste, au sein de l’agence Folléa-Gautier

Depuis son arrivée en Gironde en 2011, Bertrand Folléa est paysagiste urbaniste au sein de l’agence Folléa-Gautier. Il est aussi responsable de la chaire Paysage et Energie à l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles-Marseille et Paysagiste Conseil de l’Etat. Il a reçu le Grand Prix national du paysage en 2016.

Depuis 2018, après avoir réalisé une mission d’expertise paysagère à la demande du Syndicat mixte, Bertrand Folléa accompagne, en tant que paysagiste conseil, le gestionnaire du Grand Site sur les grands projets d’aménagement lors des phases pré opérationnelles et opérationnelles et apporte sa contribution aux réflexions stratégiques engagées.

Que représente pour vous le Grand Site de la Dune du Pilat avec ses composantes paysagères ?

Au XXe siècle, Julien Gracq a décrit la Dune du Pilat comme :

« Nulle part en France les grands éléments naturels (…) ne se présentent comme ici en grandes masses simples et homogènes, d’une pureté qu’on dirait native »

Malgré les quelques décennies écoulées entre Julien Gracq et nous, on retrouve encore aujourd’hui cette très grande simplicité de paysage : la forêt, le sable, la mer. Très peu d’éléments se succèdent les uns aux autres, et cela donne une impression de nature virginale. Comme si, la mer, le sable, et la forêt étaient là depuis toujours. Comme si, ces milieux n’avaient pas tellement été transformés par l’homme.

Les couleurs sont simples aussi : bleu, blanc, vert. Encore une fois, cette simplicité donne une impression de nature remarquablement préservée.

L’autre particularité de ce site naturel, c’est sa dimension spectaculaire, hors du commun. Tout est immense : la forêt court à perte de vue, l’océan s’étale jusqu’à l’horizon, et on se balade sur un tas de sable géant. C’est une originalité qui est vraiment singulière.

On est sur cette espèce de tranche blanche hors du commun qui sépare deux océans très vastes.

Bertrand5 edited <strong>Parole</strong> aux experts Dune du Pilat

Pouvez-vous présenter l’impact de votre travail sur le Grand Site de la Dune du Pilat ?

Ma contribution se situe à deux niveaux, très différents.

En 2018, j’ai effectué un travail d’expertise, partagé avec tout un groupe de travail rassemblant des élus, des techniciens, des organismes très variés qui sont de près ou de loin partenaires du Syndicat mixte. L’objectif était de réaliser une approche prospective ouvrant sur une perspective d’évolution de la gestion de ce grand site de nature.

L’autre niveau d’intervention est beaucoup plus prosaïque mais non moins important. C’est celui du détail. Actuellement ma mission consiste à accompagner le Syndicat dans l’élaboration et le suivi du projet de requalification de l’espace d’accueil. Celui-ci est étonnamment petit par rapport à l’immensité du site et le nombre de visiteurs. C’est ce contraste qui rend remarquable le travail accompli pour organiser l’accueil du public sur un espace si petit et fragile.

Mon travail consiste à accompagner le Syndicat, à formuler des avis, à affirmer des choix pour influer dans la maîtrise d’œuvre par exemple pour la réhabilitation du village de cabanes ou en matière d’interprétation. L’objectif est de veiller à la cohérence et de maintenir une harmonie globale.

Concernant les espaces extérieurs, mon intervention est encore plus concrète. L’attention est portée sur la reconfiguration du parking pour l’améliorer, le rafraîchir. Il reçoit à l’heure actuelle trop de monde par rapport à sa taille. Il faut penser au stationnement des bus, pour qu’ils soient moins en prise avec l’ensemble des flux piétonniers, à l’arrivée des vélos qui sont de plus en plus présents, avec notamment le développement des vélos électriques. Il faut améliorer le confort, la visibilité et l’agrément du visiteur piéton de manière générale.

Si on ramène ces interventions à la question du paysage, on peut faire une comparaison avec la musique. Le fonctionnement de l’aménagement d’un territoire est généralement sectorisé, chacun travaille dans son domaine spécialisé comme chaque musicien joue de son instrument de prédilection. Mais s’il n’y a pas de partition commune, la musique sera inaudible. Il en va de même dans l’aménagement, il faut écrire et partager une partition commune pour l’harmonie du site qui lui, est unique.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux visiteurs ?

Vous allez visiter un site vraiment merveilleux. C’est merveilleux de sortir des arbres et puis de se retrouver face au mur blanc qui se dresse devant vous, c’est fantastique de se retrouver en haut et d’avoir cet horizon sur ce double océan dont on parlait : le vrai et celui forestier, et dans sa dimension très pure et virginale. Mais, vous n’en connaissez encore rien quand vous avez fait ça.

Allez arpenter la dune dans sa longueur. Vous avez beaucoup à découvrir en passant du temps sur le site.

Prenez du temps pour découvrir davantage toutes les facettes de la dune, jusqu’au bord de l’océan, jusqu’à la façade plus terrestre de la dune, qui est la plus spectaculaire, car on la voit s’avancer dans la forêt, sécher les arbres. C’est absolument magnifique.

Et puis aussi, intéressez -vous à la forêt. C’est une forêt très particulière dans le site classé. C’est une forêt usagère, avec une histoire et un aspect unique.

Le temps de découverte moyen est frappant. 80-85% des gens passent moins de 3h sur le site. C’est très vite consommé. En fait il y a beaucoup à découvrir, à parcourir mais cela ne se sait pas assez.

Il faut entrer dans l’ambiance.

Il faut expérimenter progressivement d’autres formes et d’autres manières à la fois d’accéder, de parcourir et de découvrir le site afin d’encourager les visiteurs à l’appréhender différemment, à lui consacrer davantage de temps, à s’en imprégner.

Quel est votre regard sur les 12 années de gestion publique ?

C’est un des sites les plus fréquentés de France, sur une des surfaces d’accueil les plus restreintes qui soit. Si je fais le rapport entre le nombre de m2 occupés pour l’accueil et le nombre de visiteurs, on peut dire que c’est remarquablement géré. Cela se traduit d’ailleurs par des taux de satisfaction des visiteurs qui sont très forts.

Mais c’est au prix d’énormément de travail. Il faut engager de nombreux saisonniers, pour arriver à faire fonctionner l’espace d’accueil l’été. Il faut lutter contre le stationnement sauvage qui pose des problèmes (risque incendie, piétinement, dépôt sauvage de déchets).

Chercher à gérer de manière qualitative cette fréquentation toujours croissante amène aussi à se poser de nombreuses questions. Le travail d’expertise mené s’emploie à faire émerger des réponses en élargissant le champ d’actions possibles, en cherchant à diversifier les modes de découverte, les parcours de visite. Au-delà de la prochaine requalification de l’espace d’accueil, il faudra rapidement penser le site autrement pour raconter une histoire plus vaste pour ceux qui aiment la Dune et la connaissent mais aussi pour ceux qui ne sont que de passage.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez ajouter que vous n’auriez pas exprimer en répondant aux 4 questions précédentes ?

Je pense qu’il faut dès à présent, engager la suite même si cela parait bizarre de dire ça, alors qu’une phase de travaux pour réaménager l’espace d’accueil va prochainement démarrer. Mais, si l’on veut que celui-ci soit moins sous pression, un travail qui va être long, doit être enclenché, qui envisage le site de la Dune et son accueil dans un espace beaucoup plus large : depuis Arcachon, La Teste, le Cap Ferret, la forêt usagère, le Petit Nice. C’est un travail de programmation qui engage du foncier, qui mobilise d’autres acteurs. Que veut-on raconter de l’histoire de la dune ? Que veut-on que les visiteurs lisent de cette histoire à leur arrivée, lors de leur visite et retiennent à leur retour ? C’est cette approche qui est intéressante, elle renforcera la grandeur du site qui est probablement l’un des premiers points d’attractivité pour une population de territoires urbains où l’espace est beaucoup plus rare.

C’est cette histoire, dont le dénouement est l’accès au point culminant de la dune, qu’il faut commencer à écrire, chapitre par chapitre même si les travaux de requalification de l’espace d’accueil tant attendus démarrent. Cela n’est pas contradictoire. J’imagine un fonctionnement qui en hiver serait assez différent de celui de l’été. Pour les pics de fréquentation, il faut envisager et mettre en place progressivement cet autre mode de fonctionnement, complémentaire à l’espace d’accueil. Et on peut faire le pari que cela ne sera que bénéfice pour le territoire plus globalement. C’est aussi une manière d’être moins consommateur express des espaces de nature, ce qui est dans l’esprit des Grands Sites de France. Allonger, c’est ralentir. C’est un rapport au temps, en même temps qu’à l’espace.